J’ai encore un illustrateur en bande-dessiné qui se plaint…

QUE C’EST LONG DE FAIRE UNE BD.

Pour tous les projets artistiques, en fait…

Du coup ?

Je vais te dire comment réduire ce temps.

Par 4 ou autant que tu veux…

Oui, autant que tu veux.

L’artiste est encore amateur, mais a un niveau pro.

Il dessine super bien et même trop bien.

Son problème ?

C’est qu’il a aussi un travail alimentaire et il ne peut pas passer tout son temps sur sa BD.

Je comprends parfaitement.

J’ai longtemps accumulé plusieurs travails jour et nuit.

Donc, entre le manque d’énergie et le manque de temps…

On est vite perdu et démoralisé.

Il y a des solutions pour gagner en énergie, mais je n’en parle pas aujourd’hui.

En fait, le manque de temps est une chance.

Ça te permet de te concentrer et être pragmatique.

Pose-toi la question, où as-tu le contrôle ?

Si je devais faire une BD ?

Je ne contrôle pas le temps, mais j’ai le contrôle sur ma BD, elle-même !

Donc, je contrôle :

> le style

> la direction artistique

> l’histoire

> etc

Du coup ?

La première chose à faire, c’est d’arrêter de penser que tu vas faire une BD de dingue.

Avec des dessins extraordinaires…

En gros, oublie complètement de faire la même chose que les BDs que tu aimes lire.

Simplifie tout !

Et jouer sur l’économie des traits, des cases, des pages, et mêmes des dialogues !

En gros, il faut arrêter de rêver et faire les choses en (trop) grand.

Mais de faire des choses adaptées à ton temps.

Bien sûr, il faut adapter aussi à ce que tu aimes faire.

C’est possible de faire des histoires avec 3 et 4 cases.

Même Boulet (auteur de BD), à un époque faisait une histoire en une page par jour !

Il a réussi car il avait un style graphique et des histoires adaptées à son temps.

Pour raconter une histoire à 4 cases ?

Tu peux utiliser la structure de narration : Kishōtenketsu.

J’en parlerai lundi.

Ça peut se faire à 4 pages aussi.

Enfin, si tu n’es pas capable de raconter des petites histoires de 4 cases…

C’est plus dure sur une BD entière de 52 pages !

Donc, c’est mieux de s’exercer en racontant plein de petit histoire.

Puis, de créer une communauté avec ces dernières…

Ce qui te fera de la popularité, pour plus tard proposer un gros projet à éditeur ou un financement participatif.

A méditer.

Cuong de HitART

PS: J’ai parlé de BD aujourd’hui, mais le principe est le même pour tout.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 19 =