Et c’est légale !

Parce qu’ils te rendent accro à leur oeuvre, qu’ils arrivent à être connu et atteindre le succès.

Ce n’est pas faire de la popularité pour être populaire.

Un artiste ou un illustrateur qui vis de son art… Doit être forcément connu quelque part.

Ça ne peut pas marcher autrement.

Comment rendre accro le public ?

Il fait savoir évoquer des émotions chez ton public.

C’est ce qui te différencie des autres artistes.

Comment ?

En racontant des histoires.

Et ça peut se faire très facilement !

Pour raconter des histoires ?

Je t’invite à suivre la structure de narration : Kishōtenketsu.

C’est un plan en 4 étapes pour dire :

1 > Introduction

2 > Développement

3 > Twiste

4 > Conclusion

Affiche les images pour voir le graphique :

image

Ça se passe comment ?

Tu plantes le décor en accrochant le lecteur.

Puis tu montes à fond la curiosité.

En 3 ?

Tu fais une case inattendue qui case le rythme de lecture.

Enfin, tu expliques le pourquoi de la 3e case.

J’ai mis des exemples de Gaston CABA à la fin de l’email.

C’est très efficace et c’est très simple.

Ça se fait beaucoup dans l’illustration pour enfant.

Tout le monde peut le faire.

Même ceux qui ne savent pas dessiner.

Et c’est encore mieux, comme ça, ils ne chipotent pas sur la « qualité » du dessin.

En première année de prépa art plastique, on a eu beaucoup d’exercice comme ça.

C’est très accessible.

Juste une idée banale qui tu rends loufoque.

Bien sûr, plus le style graphique est bon, plus ça arroche le public.

C’est en coaching qu’on boss dessus avec mes élèves.

Donc si tu as envie de progresser et d’être sur le bon chemin ?

A dessiner des personnages sans erreurs de proportions et ni de perspective ?

Et à comprendre les mécaniques du dessin pour trouver ton style ?

Tu peux déposer ta candidature ici : https://hitart.fr/coaching#form

Cuong de HitART

image

image

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 8 =