C’est vraiment un sale caractère.

A lui tout seul ?

Il fait va nuire à l’illustration en France pour les prochaines années.

C’est-a-dire qu’il pousse les clients à toujours aller chercher l’illustrateur le moins cher.

En revanche, ceux qui l’auront compris ?

Ils empocheront tous les bons clients et feront les meilleurs job qui puissent exister.

Tu n’es pas illustrateur ?

Lis le texte quand même, car ça te montrera comment trouver de l’or dans la boue.

On va faire un test pour voir si tu as ce sale caractère.

Ne t’inquiète pas, je l’avais aussi.

Mais dès que tu comprends cela, t’a façon de penser change.

Bien sûr, l’argent vient aussi car tu vas saisir des opportunités que d’autres ne verront pas.

On va imaginer qu’un auteur de roman a besoin de 3 illustrations pour ses livres.

Il recherche un pro qui est bon illustration fantastique.

En plus ?

Il veut un résultat hyper-réaliste.

Enfin, il annonce son budget : 350 euros.

Pour tout ce travail…

Sauf que toi, tu évalues à 40h par illustrations, soit 120h en tout.

Tu bosses donc pour environs 3 euros de l’heure.

Comment vas-tu réagir à ça ?

1- Tu Lui dis qu’il rêve pour ce prix là. Tu vas lui expliquer qu’il ne connaît pas les tarifs et qu’il devrait se renseigner…

2 – Tu passes ton chemin, car ça ne sert à rien de parler avec ces gens qui ne connaissent rien.

3 – Tu le prends au téléphone pour discuter de son projet.

Que ferais-tu ?

A mon avis beaucoup de 1 et de 2.

Et tu lui diras peut-être :

“ Je ne sais pas si vous aller trouver un illustrateur, car votre budget est très faible. Vos exigences d’illustration et l’expérience souhaitez n’est pas en cohérence avec celui-ci. Bon courage.”

ou encore :

“ Je rejoins le commentaire au dessus et j’ajoute : tous droits cédés ? Est-ce une blague ? Je ne connais pas la législation canadienne mais en France c’est juste impossible. Votre demande, dans un contrat, serait une clause abusive.”

Bref, ceux qui ont posté un commentaire sur l’annonce (c’est une histoire vraie depuis le début), on tous réagis de cette manière.

Encore une fois, c’est une réaction tout à fait normale (et très condescendante).

Mais, ce n’est pas la meilleure façon pour choper des opportunités.

Je ne dis pas non plus qu’il faut accepter son tarif loin de là.

C’est là l’erreur des français, car oui, j’ose le dire, à l’étranger ça ne se passe pas comme ça.

J’ai déjà embauché des free-lances qui sont dans le tiers-monde et en Amérique.

C’est chez les américains qu’il faut regarder, car ce sont de très bon marketeur.

Le marketing, ce n’est pas de vendre quelque chose de cher, plus cher.

Le marketing, c’est de savoir ce que ton client a besoin et toi ce que tu as de mieux pour l’aider.

Une solution adaptée à son budget et à ses besoins.

Donc, la meilleure option aurait été la 3.

Tu le prends au téléphone.

Tu lui poses des questions.

Notamment, à combien il estime les ventes de son roman.

Souvent les gens basent leur budget sur leur nombre de ventes estimées.

A partir de là, tu fais comprendre à ton client qu’avec le budget qu’il a, tu ne peux pas faire les illustrations qu’il a en tête.

Qu’avec son budget, tu pourrais faire autre chose pour lui.

Tu lui montres des exemples pour qu’il visualise le résultat.

Et le plus souvent, c’est suffisant pour ceux qu’il veut faire.

Il acceptera sans doute de t’empocher, car tu es la seule personne (professionnelle) qui a pris le temps de lui expliquer les choses.

Au lieu de lui balancer un « va te renseigner mon coco ».

Le rapport humain à humain est très important.

J’ai déjà fait des missions d’illustrateur-graphique pour des couvertures.

C’est vraiment chouette, car ce qui vend, c’est bien l’image de couverture.

Donc, si tu arrives à bien faire comprendre le potentiel client au téléphone de l’importance de sa couverture pour le succès du lancement de son livre…

Il te prend directe.

Ce n’est pas fini.

Ensuite ?

Tu te bases sur une analyse de marché.

Tu lui dis par exemple :

Tu as remarqué que les livres qui se vendent le plus sur Amazon dans son genre, sont ceux qui ont le style réaliste qu’il veut.

Qu’il pourra vendre plus de livre s’il fait ça.

Et potentiellement beaucoup plus que ceux qu’il avait espéré.

Bien sûr, si tu n’as pas l’expérience sur cette partie, tu zappes.

Là, je peux te dire que c’est un : « no brainer » (y a pas à réfléchir)

Car tu lui as expliqué, que s’il met plus de budget, il va avoir plus de chance de vendre plus.

Donc, une offre impossible à refuser.

Tu as mis toutes les chances de ton côté pour qu’il te prend.

Pense à ce principe tout le temps.

Ne jamais dire qu’une personne ne s’y connaît rien.

Toujours faire preuve d’empathie et prendre le temps d’expliquer les choses.

Tu vas voir que les clients viendront chez toi, juste parce que c’est toi.

C’est ce que j’applique dans tous mes businesses.

Cuong de HitART

Si tu as envie d’apprendre le dessin avec moi, tu peux déposer ta candidature ici :https://hitart.fr/coaching#form