La plus grande difficulté quand tu veux progresser en dessin ?

Mes élèves en rencontrent tout le temps.

Je suis passé par là, et elle retombe souvent.

Que ça soit dans le dessin ou dans le sport.

C’est pratiquement le même principe.

Aujourd’hui ?

Je vais mettre un mot dessus.

Pour te le faire comprendre.

Et comment faire pour surpasser ça.

Surtout, si tu as déjà quelques années de dessin comme mes élèves.

Cette grande difficulté ?

Elle ne se trouve pas, dans comment dessiner les pieds, les yeux, les cheveux…

Ou même les ombres.

Ni même de la technique.

La plus grande difficulté ?

C’est savoir suivre une méthode.
La suivre vraiment, jusqu’à la maitrise totale.

C’est-à-dire que si tu as appris le dessin à droite et à gauche…

Surtout sur Youtube ou dans plusieurs livres grand public.

Tu développes avec le temps un bon niveau de dessin et des croyances artistiques.
Elles ne sont ni bonnes, ni mauvaises.

(Quoi que, assez mauvaise, mais on ne va pas juger aujourd’hui).

Le problème qui suit ?

Quand tu apprends une nouvelle notion de dessin ?

Cette dernière va se battre avec tes croyances actuelles.

Laisse-moi te faire un exemple avec l’ombrage réaliste.

Le principe pour créer une ombre.

C’est savoir séparer la lumière et les ombres.

En gros, cela se fait en 3 valeurs maximales :
<>La valeur la plus foncée, pour la ligne.

<>La valeur moyenne, pour l’ombre.

<>Et la valeur la plus claire ?

C’est le blanc, qui est pour la lumière.

On peut dire que tu dessines que 2 valeurs sur le papier blanc.

Quand, tu découvres cette façon de faire ?
Elle change complètement ta manière de dessiner, car on a l’habitude de faire des

dégrader, plusieurs valeurs de gris, etc.

Le but de l’exercice est de limiter les valeurs.

Tu apprends à observer et simplifier.

Simplifier, ce n’est pas vraiment faire plus simple.
C’est dans le sens designer, tu réalises un processus de stylisation.

Du coup, si tu arrives à donner du volume avec seulement 3 valeurs, c’est plus facile, plus tard avec 4, 5 à 10 valeurs.

Puis en peinture, j’ose le dire, ça deviendra pratiquement du coloriage.

C’est là que vient le problème.

C’est tout nouveau pour toi.

Tes premiers dessins avec cette méthode ne sont pas convaincants (et c’est normal).

Et c’est le drame.

C’est un automatisme.

Quand ce n’est pas convaincant ?

Tu auras tendance à basculer vers ce que tu sais déjà.

Tu vas rajouter plein de valeur, plein de dégradé…

Et donc, avant même de maitriser la méthode, tu vas la mélanger avec tes (mauvaises) croyances.

D’autant plus, tu as peut-être déjà fait la même chose sur d’autres notions de dessin.

Donc, tu vas encore plus empirer les choses.

C’est là où c’est compliqué d’apprendre à dessiner.

En sport ?

C’est notre corps qui alerte qu’on fait les mauvais mouvements.

En dessin ?

Si tu apprends tout seul ?

Personne n’est là pour te dire vraiment les choses.

Encore pire, si tu demandes la validation à ta famille, car tu vas prendre confiance d’une manière très naïve (biais de Dunning-Krugger).

D’où l’importance d’avoir des avis de pro.

Surtout quand tu veux avoir un niveau de pro et que tu souhaites en faire ton métier.

Juste passionné-e ?

C’est d’au moins d’aller en atelier avec un professeur.

Un trimestre par an, c’est bien.

Tu peux aussi étudier des croquis de maitres.

C’est comme la littérature.

Tous les profs de français te diront que pour bien écrire, il faut lire des bons livres avant.

Je conclus par ce que j’ai appris d’un peintre-enseignant : Steve Huston.

Pour devenir artiste ou illustrateur ?

Il faut arrêter d’être un artiste.

D’apprendre l’art comme un artisanat.

L’artisanat ?

C’est l’observation et la méthode.

Ce n’est plus tard que tu pourras mettre de l’émotion dans ce que tu fais, car pour casser les règles… Il faut la maitriser avant.

Cuong de HitART

PS: Si tu as envie de comprendre le principe des ombres, je t’en parle ici et fais la présentation de mon coaching : https://hitart.fr/coaching